Faire face à une maladie limitant l'espérance de vie

PDF download is not available for Arabic and Urdu languages at this time. Please use the browser print function instead.

C'est correct d'avoir peur

Une maladie limitant l'espérance de vie est une maladie grave qui pourrait raccourcir la vie d'une personne et qui souvent requiert un traitement immédiat. Quand tu as une maladie limitant l'espérance de vie comme le cancer, c'est normal d'être inquiet ou d'avoir peur parfois. Certains adolescents atteints de cancer vivent ce qui suit :

  • la peur de la douleur et de la souffrance;
  • la peur de l'inconnu;
  • la peur de la solitude;
  • la peur de mourir;
  • des inquiétudes quant à un avenir incertain.

Lesquelles de ces peurs ou inquiétudes as-tu ressenties? Quelles peurs ou inquiétudes as-tu ressenties qui ne sont pas dans cette liste?

Même quand tu es axé sur survivre au cancer et sur ton traitement, il y aura toujours des moments où tu seras inquiet ou tu te demanderas si le traitement fonctionnera ou si le cancer reviendra. Il est normal de laisser la peur t'envahir à l'occasion, mais ce n'est pas correct de vivre en ayant toujours peur. Si tu penses que tu as toujours peur, demande de l'aide à ton équipe de soins de santé.

C'est correct de penser à la mort

Tu pourrais découvrir que tu penses plus souvent à la vie et à la mort, surtout si tu connais quelqu'un qui est décédé du cancer. Il est normal qu'une personne avec le cancer pense à la mort ou à mourir. Parfois, même de jeunes personnes meurent de leur cancer parce qu'il n'existe pas de remède. Le fait d'avoir une maladie limitant l'espérance de vie comme le cancer peut faire en sorte que tu remettes en question des choses auxquelles tu n'avais jamais pensé avant.

Tu pourrais, par exemple, commencer à réfléchir aux questions suivantes.

  • Mon cancer sera-t-il guéri? Quel est le risque que mon cancer revienne? Quand est-ce qu'il va revenir? Qu'est-ce qui va arriver si mon équipe de traitement n'arrive pas à me débarrasser du cancer?
  • C'est quoi le sens de la vie? Pourquoi est-ce que nous sommes ici?
  • Qu'est-ce qui va m'arriver si je meurs? C'est quoi la sensation de mourir? Est-ce que ça fait mal mourir? Qu'est-ce qui va arriver à mon corps quand je serai en train de mourir?
  • Qu'est-ce qui va arriver à ma famille, à mes amis, à toutes mes choses?
  • Est-ce que tout le monde sera correct? Est-ce qu'ils vont m'oublier?

C'est correct de poser ces questions. Il est normal qu'une personne atteinte d'une maladie limitant l'espérance de vie pense à la mort.

C'est vraiment difficile de faire face à ces choses par soi-même, mais ça peut aussi être très difficile de parler de ces choses-là avec ta famille et tes amis. Si tu jongles avec des questions comme ça, ton équipe de soins de santé peut te mettre en contact avec un travailleur social, un éducateur en milieu pédiatrique, un psychologue ou un aumônier à l'hôpital. Tu pourrais aussi parler à une personne de ta propre collectivité religieuse ou spirituelle. Ces personnes comprennent et sont à l'aise de parler de sujets difficiles liés à la vie et à la mort. Elles t'écouteront et pourront te guider si tu veux.

Faire face à une maladie limitant l'espérance de vie est difficile, surtout pour une jeune personne. En apprenant à vivre avec les sentiments, les questions et l'incertitude qui découlent de ta situation, tu développes des aptitudes importantes pour l'avenir. Après avoir relevé ces défis, beaucoup d'adolescents constatent qu'ils possèdent une force et une maturité que les autres adolescents n'ont pas.

Certains adolescents ayant vécu une maladie limitant l'espérance de vie ont pu y faire face en se concentrant sur ce qui suit :

  • en profitant au maximum de chaque jour;
  • en planifiant ce qu'ils feront pour laisser un héritage derrière eux;
  • en se préparant et en préparant les gens qui les entourent à la possibilité qu'ils pourraient mourir.

Il est parfois difficile pour les parents et les adolescents de parler de la mort. Les adolescents ne veulent pas que leur famille soit triste. Même si le médecin était porteur de mauvaises nouvelles, tout le monde pourrait faire semblant que la mort ne peut pas survenir. Il est important que tu parles de tes sentiments et de tes peurs à ta famille. Si tu penses que tu pourrais mourir du cancer et que tu veux savoir la vérité, tu devrais le demander à ton médecin. Tu peux même le demander à ton médecin en privé.

Les adolescents veulent parfois savoir la vérité afin de pouvoir planifier leur vie. Si un adolescent sait qu'il pourrait mourir dans six mois, il peut choisir de faire certaines choses comme faire un voyage, planifier beaucoup de choses amusantes, faire un film maison, etc. Si un adolescent ne sait pas qu'il va mourir, il n'aura pas la possibilité de planifier sa vie de cette façon.

Les parents ont souvent peur de dire à leurs adolescents qu'ils vont mourir parce que c'est très triste et difficile. Ils pourraient aussi avoir peur que leur dire enlève tout espoir à leur adolescent et ils veulent avant tout le protéger. C'est parfois positif et c'est parfois difficile, surtout si l'adolescent veut faire certaines choses avant de mourir.

Assure-toi de parler beaucoup à tes amis et à ta famille pour obtenir leur soutien et sois aussi honnête que possible.

Tu pourrais aussi ne pas vouloir savoir ce que l'avenir te réserve. C'est correct aussi. Si tu décides que tu ne veux pas le savoir, ton équipe de soins de santé respectera ta décision. Tu dois être la personne qui décide de la quantité d'informations que tu veux que ton équipe de soins de santé te donne.

Dernières mises à jour: septembre 03 2019