Accepter un diagnostic d’AIJ

PDF download is not available for Arabic and Urdu languages at this time. Please use the browser print function instead.

Souvent, les jeunes et leur famille se sentent tristes pendant une certaine période. T’es-tu senti(e) triste?

T’es-tu senti(e) sous le choc? As-tu essayé de nier que tu souffrais d’AIJ? Te sentais-tu inquiet(ète) ou en colère? Te blâmais-tu pour ton AIJ? La plupart des gens atteints d’AIJ se sentent comme ça.

Au fil du temps, tu apprendras des façons de surmonter les difficultés et de continuer ta vie. Cependant, il pourrait y avoir des moments où tu auras ces mêmes sentiments de nouveau, surtout si tu as des poussées d’arthrite.

Tu n’es pas seul(e)

T’es-tu senti(e) comme si tu étais le seul jeune souffrant d’AIJ? Beaucoup de jeunes se sentent comme ça, mais tu sais maintenant qu’il y a beaucoup d’autres jeunes qui souffrent d’AIJ comme toi.

Stratégies pour surmonter les difficultés liées à l’AJI

Voici quelques façons de surmonter les difficultés liées à l’AJI. Tu peux les ajouter à ta liste de stratégies.

Conseil no 1 : Aie confiance en l’avenir

La plupart des gens s’inquiètent de leur avenir quand ils reçoivent un diagnostic d’AJI.

Il est normal d’avoir peur des nouvelles expériences. C’est le cas avec un déménagement dans une nouvelle maison, par exemple. Au début, tu te demandes si tu feras de nouveaux amis ou si tu aimeras ta nouvelle école. Puis, tu t’habitues à ta nouvelle maison petit à petit. De la même façon, tu apprendras à « t’habituer » à ton AJI.

One way to control your fears of JIA is to find out more about it. You will learn lots about JIA in this program. You can also find out information by asking your doctor or other members of the health-care team. Here are some questions you can ask:

L’une des façons de contrôler tes peurs face à l’AJI consiste à en apprendre davantage à son sujet. Tu apprendras plein de choses sur l’AJI durant ce programme. Tu peux aussi obtenir de l’information en parlant à ton médecin ou à d’autres membres de ton équipe soignante. Voici certaines questions que tu peux poser :

Tu peux aussi lire des livres ou des sites Web sur l’AJI. Fais attention aux sites Web, cependant, parce que certains d’entre eux ne donnent pas de l’information exacte.

Essaie de communiquer avec des organismes locaux et nationaux qui s’intéressent à l’AJI, comme la Société de l’arthrite (www.arthrite.ca). En te renseignant, tu pourras gérer ton AIJ de façon active.

Conseil no 2 : Pense de façon positive

Concentre-toi sur ce que tu peux faire. On appelle ça la « pensée positive », et ça peut t’aider à vivre ta vie pleinement.

Tu as des pensées négatives si tu penses seulement aux choses que tu ne peux pas faire à cause de ton AIJ. Si tu penses de cette façon, tu auras plus de difficultés à faire ce que tu veux faire. Tu pourrais te sentir déprimé(e). Tu pourrais t’isoler de ton groupe social et ne pas participer à des activités amusantes.

Conseil no 3 : Connais tes limites

Découvre les limites de ce que ton corps peut faire. En connaissant bien ton AIJ, tu sauras reconnaître tes limites. Par exemple, si tu te sens fatigué(e) en fin d’après-midi, tu auras peut-être besoin de te reposer après l’école. Tu finiras par savoir ce dont ton corps a besoin. Tu sauras ce que tu devrais ou ne devrais pas faire.

Une fois que tu connaîtras tes limites, tu pourras t’y adapter et t’amuser quand même. Les conseils du physiothérapeute et de l’ergothérapeute peuvent t’être très utiles dans ce domaine.

Conseil no 4 : Concentre-toi sur ce que tu peux faire

Trouve des activités auxquelles tu excelles. Découvre tes forces et tes talents, comme le chant, la danse, le théâtre, le dessin ou l’écriture. Participe à des activités qui te laissent explorer tes intérêts. Et montre aux autres ce que tu sais faire! En te concentrant sur des choses que tu peux faire, il te sera plus facile de garder une attitude positive. Il te sera aussi plus facile de surmonter les difficultés quand les choses n’iront pas comme tu le voudrais.

Conseil no 5 : Exprime tes sentiments

Peu importe ce que les autres en disent, tu dois affronter beaucoup de difficultés. Tu as le droit de te sentir à la fois en colère et triste, d’avoir peur, de te sentir frustré(e), etc. Tu pourrais aussi avoir des sentiments de triomphe et de succès quand tu réussiras à bien gérer ton AIJ ou à atteindre tes objectifs personnels. L’AIJ peut susciter toutes sortes d’émotions positives ou négatives, ce qui est tout à fait normal.

N’essaie pas d’ignorer tes sentiments douloureux. N’essaie pas d’agir comme si ces sentiments n’existaient pas et ne les refoule pas jusqu’à ce que tu sois sur le point d’exploser. Il est plus sain de parler de ses émotions à un parent, à un frère ou une sœur, à un(e) ami(e), à un(e) enseignant(e), à ton médecin, à un membre du clergé ou à une autre personne en qui tu as confiance.

Dernières mises à jour: janvier 31 2017